Galerie de la Cabrerisse  

Du 3 août au 3 septembre 2017

Mon atelier

Portraits par le coloriste Martin Bedford, l’expressionniste Anna Camille 
et le surréaliste Michael Vaughan 





DU 6 JUILLET AU 30 JUILLET 2017

Bonjour,

Je suis très heureuse de participer à la première édition d'Artistes en Campagne11 avec David Samblanet, Olga Vieco, Anne Sarda, Jacques Duault, Pascal Auger, Claire Charpentier, Robert Cros, Pamphyle, Jean Louis Bigou, Studio Via, Françoise Langlois, Bertrand Claverie et Serge Griggio.  Je vous accueillerai dans mon atelier entre 10h et 18h30, le 29, 30 et 31 octobre à 15 Av de Narbonne, St Laurent de la Cabrerisse avec un grand plaisir. Plusieurs d'informations : http://artistesencampagne11.blogspot.fr






Exposition - Anna Camille jusqu'à avril 2017

PAMPHYLE est né à Lyon en 1946.
D'une famille modeste, il est initié à la peinture et au modelage dès 9 ans par son frère aîné décorateur en porcelaine. À 14 ans, après un court passage en dessin sur soierie, il fait un apprentissage en serrurerie et forge. À cette époque, au contact du métal il commence ses premières sculptures de fil de fer qu’il habille de papier mouillé.
À 18 ans, sans jamais oublier sa passion, il commence son initiation faite de rencontres, d’un tour du monde, d’un passage de vie seul et isolé dans une cabane et vit d’une multitude de métiers en passant de vendeur en porte à porte à ouvrier agricole etc…
En 1980 il cesse toute activité pour se consacrer entièrement à son œuvre. Il commence à vivre de son travail à l’issue d’acquisitions faites par des fondations, collectionneurs, collectivités (CES, écoles, villes). En 1995, il trouve une nouvelle forme d’expression et abandonne toute figuration. Cette année-là, il rejoint la galerie de Bellecour, très renommée pour ses artistes exposés de Warhol à Picasso qu’il côtoie sur les cimaises.
Depuis d’importantes expositions lui sont consacrées en France et à l’étranger.

‘Ni figuration, ni abstraction... Simplement des résurgences qui offrent à cette œuvre une curieuse impression de vécu. Pamphyle s'empare de ses expériences, triture ses souvenirs, pour mieux les oublier. Il finit par donner naissance à des vestiges imaginaires qui paraissent surgir du passé. Les superpositions de matières se succèdent pour laisser apparaître des formes géométriques qui affichent des contours symboliques. Des traits, des signes, des griffures, se mêlent et s'entrelacent pour se partager l'espace. Des stigmates, qui inévitablement ramènent les esprits cartésiens au présent, en quête de rationalisme. A quoi bon, puisque l'artiste s'emploie à les confondre pour mieux les oublier. Avec obstination il racle la couleur pour en extirper des résurgences. Des traces de vie qui finissent par prendre possession de l'œuvre. A force de grattage, la lumière surgit, imprévisible. Des graffitis, des inclusions riches de pigments naturels, parfois de la feuille d'or, apportent du dynamisme à ces espaces contemplatifs. En créant lui-même ses couleurs, Pamphyle obtient de somptueux effets de patine d'une incroyable puissance évocatrice. Ils lui permettent de projeter son imaginaire sur la toile en révélant de subtils effets sous les marques de la spatule se devinent d'étranges signes. Le raffinement des mélanges apporte une répartie au caractère brut et à l'aspect rustique de cette œuvre qui finit par acquérir une existence autonome. Ici le vide, là une saturation de signes. Pamphyle ressuscite l'histoire du temps. A moins qu'il s'agisse d'une mémoire de la matière!’
Thierry SZNYTKA : ARTS ACTUALITES MAGAZINE 

‘Pamphyle ouvre en de délicates transparences un espace inconnu chargé des mémoires successives accumulées au fil des siècles et dans la plénitude des espaces de couleurs pures, un accès à une dimension méditative qui captive et emporte dans des infinis de spiritualité.
Son art oscille entre terre et immatérialité, franchise de son œuvre sculptée et interrogations posées par l’abstraction de ses non-sujets. Paradoxe posé entre évidence et questionnement, Pamphyle mène le sens d’une main de maître, démontre sans ostentation, convainc sans imposer. Le suivre dans les voyages immobiles qu’il feint de ne pas organiser est un véritable bonheur sensuel pour l’œil comme pour l’esprit.
Pamphyle enchante, séduit quasi involontairement, surpris lui-même du succès pourtant mérité et grandissant que rencontrent ses œuvres partout où elles sont montrées. C’est avec bonheur qu’à chaque accrochage nous mesurons la formidable progression de ce travail sensible et profond qui atteint désormais la plénitude de son art, hissant Pamphyle de nuages en sommets.
Jean-Marc MICHALI : GALERIE DE BELLECOUR, LYON

 
Martin Bedford : ‘Je suis d'accord avec les conseils d’Eugène Delacroix qui dit « Le premier mérite d’un tableau est d’être une fête pour l’œil. »  A cet effet, je mets de côté les sentiments et les émotions en me concentrant uniquement sur la surface plane et sur le processus de la création d’une peinture. C’est dans ce processus de création et dans une contemplation ultérieure que les formes se développent et qu’une œuvre finale apparait.’

Martin Bedford était maître de conférences à Wimbledon School of Art avec Colin Cina puis Bernard Cohen et David Whitaker. Il a exposé largement en Angleterre et Irlande, notamment à l’Origin Gallery de Dublin, Axisweb, Danielle Arnaud et Discerning Eye de Londres. Il expose également régulièrement en France; au ZambeziOne, à Fourcés L’Espace d’Art et la Galerie de la Cabrerisse.
Ces portraits sont tous des écrivains, poètes et compositeurs. Martin Bedford a connu la plupart d’entre eux. On devine le geste de l’artiste dans la matière de ses œuvres, et ses couleurs lorsqu’il s’agit de peinture.

Fragments de portraits à l’huile sur un panneau dur revêtu de poudre de marbre.
Estampes d’encre à base d’huile imprimées en tirage unique sur papier journal.

 Anna Camille : ‘L’Art de la peinture est, pour moi, libre de tout sentiment. C’est une expérience enracinée et qui m’ancre dans la Terre. La forme de la composition et l’équilibre entre les objets et les couleurs sont l’énigme majeure à résoudre. Après l’idée initiale, le sujet du tableau perd de son importance. Ce qui devient primordial, c’est le processus même de création du tableau. Le ‘comment’ prime sur le ‘quoi’. Chaque expression est une couleur de plus à ma palette d’expression. Mais la matière de mon art reste avant tout ma réalité.’  

Anna Camille, en parallèle d’une carrière de violoniste en Angleterre et en Suisse, se dédie à la peinture. A partir de 2009, elle expose ses œuvres en Suisse à Dreispitzhalle, E-Halle, Heimatmuseum, Seefeld Gallery, en Allemagne à l’Opéra d’Hanovre, et en France à l’Espace d’Art de Fourcés et à la Galerie de la Cabrerisse. En 2013, elle s’installe à Saint Laurent de la Cabrerisse.

Cette série nous confronte avec des personnalités fortes qui cherchent la vérité. Leur présence frontale, sans concession, nous renvoie à notre époque.

Tableaux à l’huile sur toile.



Michael Vaughan a souvent été associé à ses collègues de Bradford: David Oxtoby, John Loker, David Hockney et Norman Stevens connus sous le nom ‘the Bradford Mafia’. Ses œuvres se trouvent dans de nombreuses collections: Arts Council of Great Britain, Jacobs Ladder Gallery à Washington DC, Bahia Museum, Brazil et British Museum à Londres. Depuis 2005 Michael Vaughan habite en Haute-Garonne. En parallèle de son activité artistique, il a publié trois livres de poésies.

Les portraits surréalistes de Michael Vaughan représentent des personnages historiques disparates. Mis en scène deux par deux, ils forment des couples détonnants.

Tableaux à l’huile sur toile.


 

Martin Bedford

Personal Portfolio

CONTRARIETY IV : MARTIN BEDFORD & ANNA CAMILLE :  Exposition du 21 juillet au 28 août Vernissage le 21 juillet à 17h  MARTIN BEDFORD ‘Bien que l’œuvre commence avec un aperçu d’un paysage ou d’une aventure, moi, je suis un moderniste: ‘Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane, recouverte de couleurs, en un certain ordre assemblées.’ Maurice Denis. Je suis en accord avec les conseils d’Eugène Delacroix qui dit ‘Le premier mérite d’un tableau est d’être une fête pour l’œil.’ À cet effet, je mets de côté les sentiments et les émotions en me concentrant uniquement sur la surface plane et sur le processus de la création d’une peinture. C’est dans ce processus de création et dans une contemplation ultérieure que les formes se développent et qu’une œuvre finale apparait.’ Martin Bedford.

 

Après avoir gagné une licence d'Histoire de l'Art et de Littérature Anglaise, enseigné par Maurice de Sausmarez et Quentin Bell, et ensuite être encouragé par Nibs Dallwood à peindre, Martin Bedford est devenu assistant du Professeur et enseignant de l'Histoire de l'Art à Kings College, Univerity of Durham. En 1964 Martin Bedford obtint un poste de maître de conférence à l'University of Newcastle upon Tyne, en 1977 devint maître de conférences à Wimbledon School of Art avec Colin Cina puis Bernard Cohen et David Whitaker. Pendant ses années à Wimbledon a travaillé en lien direct avec un collectif d'enseignants réputés: Prunella Clough, Maggi Hambling, Michael Vaughan, Trevor Sutton, Roger Ackling, Michael Porter, Patrick Jones, Trevor Felcey, Joe Volley et David Hepher.  Depuis 1989 Martin Bedford travaille ensoleillement sur ses oeuvres, notamment dans un atelier à Sussex, entre 2001 et 2013 à Devon, Angleterre et récemment en Lot et Garonne. Sa première  exposition professionelle a eu lieu en 1959 à Yorkshire - Artists Exhibition in Leeds, avec Terry Frost, Harry Thubron, Tom Watt, Matthew Smith, John Hoyland, John Loker et David Hockney. Depuis cette date il continue d'exposer et continuera à jamais d'exposer.

CONTRARIETY 1 SUZANNE WILKS

Exposition du 22 avril au 17 mai


Artiste figurative – Suzanne Wilks – inaugurera la série d’expositions intitulée: “CONTRARIETY I – IV”, le 22 Avril à la Galerie de la Cabrerisse. Suzanne Wilks exposera une collection de tableaux à l’huile, de céramiques peintes, de dessins à l’aquarelle, fusain ou pastel sec. L’artiste utilise les méthodes traditionnelles pour exprimer un narratif visuel basé sur le thème de la vie et de la mort. La réalité perturbée qui en résulte, est une réponse émotionnelle à l’enfance de l’artiste, ainsi qu’à celle de ses enfants. Essayant de recréer sa famille, Suzanne intègre leurs portraits dans les paysages du Périgord. A travers son art, comme dans un puzzle, elle résout les questions du passé, du présent et du futur.

 

Suzanne Wilks née en 1948 à Londres, a étudié à l'Académie Charpentier à Paris, continua à Ruskin School of Drawing à Oxford University, puis à Brighton College of Art, Sussex et au Royal College of Art à Londres. Suzanne Wilks est diplômée des Beaux-Arts et d'une Maîtrise d'Art Plastique. Entre 1972 et 1995 Suzanne travailla à Londres en tant que photographe et illustratrice. Depuis son installation en 1995 dans le Périgord  en France, elle travaille en utilisant plusieurs techniques: peinture, photographie, papier-mâché. Actuellement Suzanne crée de la céramique peinte, en collaboration avec le céramiste Stephen Trenam, sous le nom de "L'Atelier Mouche". Elle figure parmi les fondateurs de l'association - "La Gare des Arts" - dédiée à promouvoir l'art figuratif.

Le 28, 29 et 30 octobre 2017 du 10h à 18h30  EXPOSITION DES DESSINS ET DES TABLEAUX

Vernissage vendredi le 27 octobre à 18h30 L'Espace Culturel des Corbières - Ferrals

Combinaison 17


Anna Camille -Michael Vaughan - Martin Bedford - Pamphyle - Angus Jenkinson

jusqu'à le 15 avril

​Michael Vaughan

ANNA CAMILLE

‘L’Art de la peinture est libre de tous sentiments - une expérience dans la terre et sur la terre. D’abord la forme de composition et ensuite la balance entre les objets et les couleurs sont une énigme à résoudre.  Après une idée initiale le sujet du tableau perd de son importance - ce qui devient primordial c’est le processus de création d’un tableau en lui-même. Le ‘comment’ par rapport au thème initial, le ‘quoi’. La fin résulte en expressionnisme sans pathos.’ Anna Camille.

À partir de 2009 elle expose ses œuvres à Bâle, Zurich, Hanovre et Hambourg et en 2013 s’installe à St Laurent de la Cabrerisse dans les Corbières.

Waltraud Zugmaier   
née à Neu-Ulm en Allemagne,  Waltraud a toujours dessiné. A côté de  son métier de scientifique, elle a commencé la peinture  en 1988. Elle expose dans la région depuis 2008. 
Elle vit et travaille à Tourouzelle dans l´Aude.

Exposition personnelle
2004 +2005                        Raiffeisenbank,  Bibertal  (Allemagne)
2009                                   Espace Gibert,  Lezignan
2010                                   Maison des Arts,  Bages
                                           Galerie d´Art CLAP,  Paraza
2011                                   Château de Paraza 
2012                                   Galerie Anima,  Lézat sur Lèze
                                           «Artistes à suivre»  Bugerach
2013                                   Exposition à l´office de tourisme du Somail
2014                                   Galerie d´Art CLAP,  Paraza
                                           Collège Marcelin Albert,  St Nazaire
2016                                   Espace Gibert,  Lezignan
                                           «Artistes à suivre»  Alet-les-Bains
2018                                   Galerie de la Cabrerisse,  St Laurent de la Cabrerisse

Exposition collective 
2006                                    Neu-Ulmer Künslergilde (Allemagne)
2008                                    «Marché de l´art » Bages»
2009                                    «L´art dans le ruisseau» Conilhac-Corbieres 
                                            «Marché de l´art » Bages»
2010                                    «Marché de l´art » Bages»
2011                                    «L´art dans le ruisseau»  Conilhac-Corbieres
                                            «Les 111 des Art»  Paris
2012                                    «Les 111 des Art»  Paris
                                            « Art en Capital » - salon Comparaisons, Grand Palais, Paris 
2013                                    «Les 111 des Art»  Paris
                                            « Art en Capital » - salon Comparaisons, Grand Palais, Paris 
                                            Galerie Kunstzone,  Neu-Ulm (Allemagne)
2014                                    «Les 111 des Art»  Paris
                                            « Art en Capital » - salon Comparaisons, Grand Palais,  Paris 
2015                                    «Les 111 des Art»  Paris
2016                                    « l´Art Caché »  Albas
                                            « Arts et Culture »  Fanjeaux
                                            «Les 111 des Art»  Paris 
2017                                    « Arts et Culture »  Fanjeaux
2018                                    « Arts et Culture »  Fanjeaux

 
Techniques utilisées: technique mixte, acrylique et collage, avec de la cire et des pigments. 
Support :toile, papier ou bois.

CONTRARIETY II  :  ANNA CAMILLE  : 


Exposition du 27 mai au 19 juin

Anna Camille peintre expressionniste autodidacte. Née en 1972 en Angleterre, commença le violon très jeune et remporta plusieurs prix de concours musicaux. A treize ans son intérêt pour le violon se confirma et obtint une bourse d'étude à la renommée Purcell School of Music, de Londres. Durant cette période, elle se partagea de manière égale entre la musique et la peinture, pour finalement se consacrer exclusivement au violon à partir de 18 ans. Diplômée de la Guildhall School of Music and Drama à Londres en 1995, elle continua ses études musicales en Suisse, gagnant le diplôme de soliste en 2000. En 2003 est devenue le premier violon de l'orchestre 'Basel Sinfonietta'. Au cours de ces dernières années, Anna Camille s'est consacrée uniquement au dessin et à la peinture et abandonna en 2010 son rôle de premier violon. Pour regarder autres tableaux: annakristinacamille.comTapez votre paragraphe ici.

​Life like trees gets blurred

CONTRARIETY III  MICHAEL VAUGHAN : Exposition du 24 juin au 17 juillet Vernissage le 24 juin à 17h  

Michael Vaughan se décrit lui-même en tant que surréaliste léger. Sa démarche intellectuelle vers une nouvelle œuvre consiste à créer une idée qui, en réalité, ne serait pas possible. Il joue avec cette idée pour convaincre le spectateur de croire que l’impossible peut finalement devenir possible. La perspective, la profondeur des dimensions et les ombres, sont des éléments très importants dans sa façon de travailler. Il intrigue par les sujets de la mort et de la sensualité, mais ses œuvres ne sont jamais noires. Ceci probablement à cause de son humour grinçant et de sa technique exceptionnelle qui se reflète dans ses formes d’expressions. Né en 1938 à Shipley, Yorkshire en Angleterre, Michael Vaughan a étudié à Bradford Regional College of Art et à Royal Academy Schools. Avant son départ, en 1987, en Californie aux États-Unis il a enseigné à Wimbledon School of Art, Royal College of Art, à Londres et à Oxford University - Ruskin School. Michael a souvent été associé avec ses collègues de Bradford: David Oxtoby, John Loker, David Hockney et Norman Stevens connus sous le nom ‘The Bradford Mafia’. Michael Vaughan a débuté sa carrière avec Erica Brausen, galeriste renommée du Hanover Galerie de Londres dans laquelle on retrouvait  Man Ray, Magritte et plus régulièrement Francis Bacon. Ses oeuvres se trouvent parmi de nombreuses collections: Arts Council of Great Britain, Jacobs Ladder Gallery, Washington DC, Bahia Museum, Brazil et British Museum, Londres. Depuis 2005 Michael habite en Haute-Garonne. En parallèle de son activité artistique Michael Vaughan a publié trois livres de poésies.

CLAIRE CHARPENTIER

Je suis née en 1952 en Aveyron. Ma famille était versée dans l'art, l'écriture, la religion. J'ai passé mon enfance dans une maison isolée à courir les bois et les champs, à lire et à rêver. 
Jeune, j'ai commencé à dessiner dans les rues et les cafés de la ville, cherchant, comme tous, une vérité enfouie qui changera le monde. J'ai glané des maîtres dans divers courants du vingtième siècle (cobra, expressionisme, figuration libre..), trouvant ça et là des illuminations.
La peinture ne m'a pas quittée, évoluant, structurant ma vie et ma pensée.
J'ai exposé dans l'Yonne, dans la région parisienne et ailleurs, et depuis que j'y vis, dans l'Aude et dans l'Hérault. Aujourd'hui, un nouvel atelier à Saint-Laurent, un nouveau départ.
Je travaille à l'acrylique, je tache, je colle, j'utilise, en plus du pinceau, d'improbables outils, pochoirs, chiffons et bouts de bois, laissant de plus en plus intervenir le hasard, et paradoxalement, chaque toile est, de plus en plus, la trace d'un itinéraire intérieur, l'aboutissement d'une réflexion.
Je dessine aussi à l'encre de chine, je dessine mes semblables dans leur beauté et leur misère, et c'est cette frontière (écho de mes propres contradictions) qui est le sujet de ma recherche.
Ma recherche porte sur les labyrinthes de l'humain, sur la limite riche et mouvante entre beauté et laideur, et souvent se glisse aussi quelque chose de plus contemplatif, qui a trait à l'eau, à la nature, et qui reprend  la tache naïve, éternelle et toujours recommencée de nous mettre en paix avec le monde, et de mettre le monde en paix... 
Depuis quelque temps j'utilise beaucoup le carton, peint ou non, découpé, qui laisse entrevoir sa matière brute, évocatrice de sa destination première, utilitaire et éphémère.

trois mondes : anna Camille

Anna Camille

: du 9 août au 9 septembre

Dessins et tableaux

PAMPHYLE : NI FIGURATION, NI ABSTRACTION 

La Galerie de la Cabrerisse présente les photographiques, œuvres d’art vibrant par l’artiste londonien, Angus Jenkinson. Ses œuvres sont très variées mais unifiées par l’expression et la philosophie. Angus Jenkinson, un essentialiste, cherche et représente l’essence trouvée dans les dynamiques complexes de la terre et de l’écologie, de la nature humaine et de ses raisons d’être. Souvent belles, captivantes et intrigantes elles font nous voir la vérité de la vie sociale.

Angus Jenkinson est un sociétaire de la Royal Photographie Société et un membre de la Royal Society of Arts, sélectionné pour les Lucie Awards (Lucie Fondation), lauréat de Paysage Photographie pour la BBC, il a présenté plusieurs expositions. Il est également illustrateur des livres et est demandé pour les commandes diverses.

 

‘Je suis né dans la lumière brillante et les ombres profondes de l’Afrique et comme enfant, j’ai gagné un prix international pour l’art. Moi, je suis un essentialiste, ce qui signifie que tous est vu comme vivants, unique et relationnel. En pratique cette  philosophie est merveilleuse pour un artiste photographe; ça invite à la contemplation de la beauté, à l’énergie brute, au drame et à notre existence dans le cosmos. L’état d’âme de l’artiste est aussi important que sa technique ou son art.’Tapez votre paragraphe ici.

This is not Manhattan

MARTIN BEDFORD   :   Galerie de la Cabrerisse    :    2018

 

‘Le mouvement physique de peindre, l’accumulation de lignes et de couleurs tirées de l’aspect, du ressenti et de l’expérience du paysage, conduisent à une œuvre qui a une existence en soi, en dehors de toute référencé, une réalité propre.’

 

Après avoir gagné une licence d’Histoire de l’Art et de Littérature Anglaise, enseignée par Maurice de Sausmarez et Quentin Bell, et ensuite être encouragé par Nibs Dallwood à peindre, Martin Bedford est devenu assistant du Professeur et enseignant de l’Histoire de l’Art à King’s College, University of Durham. En 1964 Martin Bedford obtint un poste de maître de conférence à l’University of Newcastle upon Tyne, en 1977 devint maître de conférences à Wimbledon School of Art avec Colin Cina puis Bernard Cohen et David Whitaker. Pendant ses années à Wimbledon a travaillé en lien direct avec un collectif d’enseignants réputés: Prunella Clough, Maggi Hambling, Michael Vaughan, Trevor Sutton, Roger Ackling, Michael Porter, Patrick Jones, Trevor Felcey, Joe Volley et David Hepher. Depuis 1989 Martin Bedford travaille essentiellement sur ses œuvres, notamment dans un atelier à Sussex, entre 2001 et 2013 à Devon, Angleterre et récemment en Lot et Garonne. Sa première exposition professionnelle a eu lieu en 1959 à Yorkshire - Artists Exhibition in Leeds, avec Terry Frost, Harry Thubron, Tom Watt, Matthew Smith, John Hoyland, John Loker et David Hockney. Depuis cette date il continue d’exposer et continuera à jamais d’exposer.

 

Expositions personnelles :

 
2017 - New Paintings, Espace d'Art, Fources, France
2016 - New Paintings, Espace d'Art, Fources, France   
2015 - New Paintings, Espace d'Art, Fources, France
2014 - The Landscape Transformed, Espace d'Art, Fources, France
2010 - Ten Paintings for Taurinya, El Taller, Taurinya, France
2008 - New Paintings, Plough Art Centre, Torrington, Devon
2007 - New Paintings, Lampard House, Little Venice, London
2007 - Paintings, Charlesworth Nichol, Crediton, Devon
2006 - Paintings, Beaford Arts, Beaford, Devon
2002 - Origin Gallery, Dublin, Ireland
2002 - Siopa Chill Rialaig, Co Kerry, Ireland
2001 - Andras Kaldor Gallery, Dartmouth, Devon
2001 - Theatre Gerard Philip, Mers Les Bains, France
2000 - Origin Gallery, Dublin, Ireland
2000 - Tunbridge Wells Museum and Art Gallery, Kent
1999 - New Landscapes, Ashford Library Gallery, Kent
1999 - Paintings on Wood, University of Picardy, Amien, France
1998 - Nights at the Theatre, Marlowe Theatre, Canterbury
1996 - Landscape Fragments, Danielle Arnaud Contemporary Arts, London
1995 - Paintings, Billboard Gallery, London
1995 - Paintings, Tricycle Gallery, London
1990 - Landscapes, Trinity Arts Centre, Turnbridge Wells
1989 - St.Ouens Manor, Jersey
1977 - Gallery Colbert, Durham
1975 - Hatton Gallery, Newcastle upon Tyne
1960 - Leeds University Centre, Bradford

 

Expositions collectives:

 
2017-  Combinaison Saison 17.  Portraits, Galerie de la Cabrerisse, 
2016 - Paintings, Galerie de la Cabrerisse, 
2015 - Galerie Premier Etage, ZambeziONE , Condom. 
2014 - Exposition d'Automne, ZambeziONE, Condom
2012 - Islington Art Factory Summer Salon. 
2010 - Summer Exhibition, Redearth Gallery, Bickleigh, Devon. 
2009 - Four Devon Artists, Newlane Studio, Wembworthy, Devon.
2006 - Gallery Artists, World's End Gallery, Chelsea, London. 
2004 - Eleven Devon Artists, Newlane Studio, Devon. Ideas of Landscape, Monks Withecombe Gallery, Chagford, Devon. Lexmark European Painting Prize Finalists, Air Gallery, London. Unsigned, Ariel Centre, Totnes Devon. 
2002 - Nine Days of Art, Crediton, Devon. Therapeutic Art, The Axis Gallery.
2001 - Lewes Contemporary Art Fair, Thebes Gallery, Lewes, East Sussex. 
2000 - Fairfax Gallery, Tunbridge Wells, Kent. Mayfield Festival, East Sussex. Office De Tourisme, Abbeville.
1999 - Art Wave. Lewes, East Sussex. Lewes Contemporary Art Fair, Lewes, East Sussex. 
1998 - Abstractions, Rye Art Gallery, Rye. Felsted Arts Festival, Felsted, Essex. 
1997 - Chichester Open, Chichester, West Sussex. Robert Horne Printmaking Exhibition, National Tour. 
1996 - Discerning Eye, Mall Galleries, London. Inspirit, Maidstone Open, Maidstone Kent. 
1995 - Beatrice Royal Summer Exhibition, Southampton. English Landscape, Danielle Arnaud, London.             Journeys/Memories, Sussex Open, Brighton.

Inauguration de la galerie avec Anna Camille

le 11 juillet 2015

artistes en campagne 11 edition 2

​Anna Camille

La Galerie de la Cabrerisse présente Anna Camille avec l’exposition ‘Trois Mondes’ du 3 août au 3 septembre. Vernissage le 3 août à 17h.

L’exposition ‘Trois Mondes’ se compose de trois ensembles, un dans chaque salle de la galerie; natures mortes, expressionisme et portraits.
Les portraits nous confrontent avec des personnalités fortes qui cherchent la vérité. Leur présence frontale, sans concession, nous renvoie à notre époque.
Les natures mortes sont variées, créées dans un va et vient entre la façon de peindre à l’ancienne ou plus moderne. Elles ont toutes en commun leur style structuré.
Les tableaux de la salle ‘expressionisme’ montrent le besoin de forme pour exprimer une idée. La série dédiée à musique, peinture et écriture reflète dans la structure de ses tableaux le même impératif formel qui préside à la création artistique. Les deux tableaux ‘reflet I’ et ‘reflet II’ illustrent ce contrôle au cœur même de l’expression de ce qui habite l’artiste. La forme prime, quelque soit le sujet choisi.

 
Anna Camille, en parallèle d’une carrière de violoniste en Angleterre et en Suisse, se dédie à la peinture. A partir de 2009, elle expose ses œuvres en Suisse à Dreispitzhalle, E-Halle, Heimatmuseum, Seefeld Gallery, en Allemagne à l’Opéra d’Hanovre, et en France à l’Espace d’Art de Fourcés et à la Galerie de la Cabrerisse. En 2013, elle s’installe à Saint Laurent de la Cabrerisse. Anna est membre de La Maison des Artistes à Paris.